Les associations membres de l’Union Bouddhique Belge (UBB) adhèrent de manière inconditionnelle à la charte ci-dessous :

L’Union Bouddhique Belge ne considère pas tant la reconnaissance du bouddhisme comme la reconnaissance d'un droit que comme la reconnaissance d'une responsabilité à l'égard de la société. Sa principale responsabilité réside dans le fait qu'une conviction doit contribuer à une société harmonieuse.

Les principes suivants s'appuient sur ce souci.

  1. Le bouddhisme est, par essence, pacifique. Le bouddhisme, dans toutes ses branches et écoles, n’est rien d’autre qu’un appel à la sagesse et à la compassion.
  1. En Belgique, le bouddhisme a demandé sa reconnaissance sur la base du paragraphe 2 de l’article 181 de la Constitution. En effet, le bouddhisme n’est pas un « culte ». Il ne connaît aucun Être suprême qui se situerait au-dessus des personnes et des lois. En revanche, l’assistance aux personnes et à la communauté est inscrite dans les gènes du bouddhisme depuis ses tout débuts. Le bouddhisme s'intéresse à la souffrance des êtres vivants, et les différentes traditions bouddhiques ont, tout au long de leur histoire, développé un vaste éventail de méthodes et de moyens dans ce sens. 
  1. Les statuts de l’UBB sont très explicites. Elle attend de ses membres qu'ils :
  • ne poursuivent pas d'objectifs autres qu'un enseignement bouddhiste sérieux ;
  • ne fassent pas preuve d’intolérance à l’égard d’autres associations bouddhistes ou d’autres convictions philosophiques ;
  • n'aient pas une attitude prosélyte.
  1. L’UBB adhère de manière explicite et inconditionnelle aux principes fondamentaux de la société occidentale : la séparation des Églises et de l’État, le respect du processus décisionnel démocratique, la tolérance, le pluralisme et l'égalité entre hommes et femmes.

     Il va de soi que les enseignants, les conseillers et les pratiquants respectent les lois du pays, ainsi que toutes les règles en vigueur en matière d’immigration et d’intégration.

  1. L'UBB refuse d’être instrumentalisée dans le cadre de stratégies personnelles, diplomatiques, économiques, communautaires ou nationalistes. Les associations restent indépendantes de toute instance, de quelque nature qu’elle soit, politique ou autre, étrangère ou domestique.
  1. L’UBB est au service de la population dans son ensemble. L'essentiel, pour les associations bouddhiques, réside dans le modèle « demande-réponse-retour ». En d’autres termes : un centre bouddhique voit le jour en réponse à la demande de personnes. Le bouddhisme n’est pas une idéologie décrétée par une autorité.

L’assistance morale offerte par le bouddhisme ne se limite pas à l’activité au sein de centres. Les personnes qui bénéficient de l’enseignement des centres sont toutes des citoyens, issus de toutes les couches de la société, intégrés au tissu social, qui puisent dans l’enseignement du bouddhisme le soutien et la force dont ils ont besoin pour accomplir leurs propres tâches au sein de la société.

  1. L'UBB rassemble les différentes traditions bouddhiques représentées en Belgique. Elle reflète ainsi le pluralisme interne propre au bouddhisme.